Close

22 juillet 2023

Lettre à un ami(e)  n°11 : Les autres d’abord

Cher jeune, chère jeune,

Que le Seigneur te bénisse et comble des grâces dont tu as besoin ! Que La Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu soit ton guide sur la route de la vie.

Je te rejoins pour qu’ensemble, nous poursuivions notre route. Le thème proposé à ta réflexion est intitulé : Les autres d’abord. C’est dans le service des autres dans la générosité et la gratuité que nous découvrons le bonheur.

L’hiver au pied des Andes est très froid, balayer la cour du collège devient un emploi très fatigant et pénible. Laura le sait, c’est pourquoi elle l’a choisie. Ses mains couvertes d’engelures saignent, mais au cœur, elle éprouve une joie sans pareille. Il est préférable que ce soit elle qui se sacrifie, et non les autres ; la part la plus pénible doit toujours être la sienne, non pas celle des autres. Les autres ! Que sont-elles pour Laura ? Des frères à préférer en tout, des fils de Dieu à aimer comme lui les aime. Et Dieu les aime jusqu’à mourir pour eux ! Laura le sait, par conséquent en cherchant à mettre son petit cœur à l’unisson avec celui de Dieu, elle regarde les autres, tous les autres, avec son regard d’amour pur, et elle les préfère en tout à elle-même. Pour toi, que sont les autres ? Est-ce que ce sont tes parents, qui « doivent » pourvoir à tes besoins, te suivre, t’aimer, t’aider ? Est-ce que ce sont tes professeurs qui « doivent » bien enseigner, ne pas être trop exigeants, te promouvoir ? Est-ce que sont tes amis et connaissances qui « doivent » se rappeler de toi, te comprendre, être proches de toi ? Vois-tu, par hasard, comme te « devant » toujours quelque chose ? Peut-être que, pour toi, les autres sont souvent des personnes indifférentes, ou dont tu sens le poids, le dérangement, l’ennui, peut-être aussi le dégout et quelques fois la répugnance. Certes, le voisinage des autres nous limite, nous sacrifie souvent. Et puis, nous sommes si différents les uns des autres, que nos tempéraments ne concordent pas, ne s’accordent pas toujours. Avec quelques personnes nous restons volontiers, nous en cherchons l’amitié, la compagnie, mais les autres… nous nous en passerions volontiers. Vois, maintenant, il est nécessaire que tu apprennes à aimer vraiment. Te souviens-tu de la spirale de l’égoïsme qui entre dans notre moi et se déroule en volutes toujours plus étroites qui obstruent et suffoquent ? Non, ta spirale est la spirale de l’amour qui sort d’elle-même, s’ouvre, s’élargit, dilate le cœur. Si tu as vraiment décidé de réaliser le projet de Dieu, tu dois te mettre au pas avec Dieu. Tu dois apprendre à regarder les autres – tes frères et sœurs – comme Jésus les regarde, et les aimer comme lui les aime. Jésus te dit dans l’Evangile : « Si tu aimes seulement ceux qui t’aiment, que fais-tu de spécial ? Ceux qui ne connaissent pas Dieu en font autant ».

Si tu donnes pour recevoir en retour, tu n’es pas du côté de Jésus. Tu n’aimes pas les autres, tu t’aimes toi-même ; tu te cherches, tu te mets à la première place. Tu es en train de suffoquer dans la spirale de l’égoïsme. Mais, Jésus, comment aime-t-il ? Comment aime-t-il cette personne antipathique, cette personne méchante, cette personne répugnante ? Oh, tu le sais très bien ! Jésus a donné sa vie – la vie, comprends-tu ? – pour tous, pour ceux même qui le faisaient mourir. Jésus nous veut tous frères, amis. Mieux encore, Jésus un jour nous a dit que tout ce que nous faisons à n’importe quel frère, nous le faisons à lui. Comprends-tu ? Lui-même se met à la place de l’autre, quel qu’il soit.

Regarde donc, toi aussi, tous les frères avec les yeux même de Jésus. Regard en eux Jésus. Mets les autres à la première place, non toi-même. Comment peux-tu plaire à Jésus si tu n’aimes pas ceux qu’il aime Lui ? Si tu ne l’aime lui pas en chaque frère ? Comment peux-tu accomplir ta mission parmi les frères et sœurs si tu ne les aimes pas ? Si tu ne les aimes pas « comme » Jésus les aime, bons et méchants, sympathiques et antipathiques, si tu ne te rends pas compte des autres, si tu ne t’intéresses pas à eux. Ce discours te parait-il dur ? Alors, en avant, sois généreux, généreuse ! Ouvres-toi aux autres ! Essaie tout de suite, sans attendre demain ! Regarde autour de toi, découvre tes frères et sœurs : Tu ne les connais pas encore. Puis, aime-les vraiment et tu éprouveras dans ton cœur la même joie que Laura qui, les mains saignantes, savait avoir épargné aux autres une peine.

REFLKECHIS SUR CES PAROLES

« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Matthieu 25, 40)

Source : Luciana d’Auria, fma, Moi ou aucun autre. En route avec Laura Vicuña, ELLE DI CI, Torino 1989

Sr Pascaline AFFOGNON,

Sœur Salésienne de Don Bosco